Histoire du musée

Le musée municipal de La Spezia fut fondé en 1873 autour d’une première collection naturaliste donnée par Cesare Podenzana (1840-1884), père de Giovanni Podenzana.
Trois mois à peine après sa fondation,  avec les encouragements et l’aide du géologue « spezzino » (originaire de La Spezia) Giovanni Capellini, le musée accueillait déjà, outre les collections zoologiques, des découvertes archéologiques mises au jour lors des fouilles des bains et de l’arsenal militaire, quelques parchemins, des cartes géographiques et des documents se référant à l’histoire de la ville.

Par la suite dans les années à cheval sur les deux siècles, il y a eu une impulsion importante dans les recherches paleo-paletnologique sur le territoire conduites par des illustres scientifiques dont Giovanni Capellini.
L’intérêt  toujours plus grandissant pour le territoire et son histoire la plus antique a mené à des découvertes archéologiques importantes. Le musée s’est enrichi, à la fin des premières  décennies du 19ème, avec la présence de statues stèles appartenant à l’ère du bronze et à l’ère du fer.
Le flux continu de matériels archéologiques, naturalistes, ethnographiques et les nombreuses donations qui nous sont parvenus des citoyens et des recherches locales détermina, dans les années suivantes, de nombreux changements dans la position géographique du musée qui passa de la Stanzette au rez-de-chaussée du Théâtre municipal, à des lieux beaucoup plus grands, comme la mairie du Corso Cavour, les salles du Lycée municipal , à La Palazzina Crozza où se situe désormais la Bibliothèque municipale, à l’église et au couvent Clarisse, de nouveau à la Palazzina Crozza et enfin au château San Giorgio qui a été restauré et rendu à la population avec une nouvelle organisation et une exposition des découvertes archéologiques civiques.

 

UBALDO FORMENTINI
Le musée est dédié à Ubaldo Formentini qui fut directeur de la bibliothèque municipal et du musée municipal entre 1923 et 1958, et il les transforma en centre idéal de la vie culturelle de La Spezia. La Spezia avait obtenu la reconnaissance de son autonomie provinciale et Formentini, qui était l’un des plus fervents défenseurs de cette revendication, devint, pour ses connaissances historiques  des coutumes de la populations de Lunigiana, un exemple et un guide pour la création d’une conscience citoyenne égale à la dignité du nouveau chef-lieu.

 


Note legali e privacy policy